No. 14



Les milieux littéraires de <la ballade des Contreditz de Franc Gontier>,


Megumi SATOH


<La ballade des Contreditz de Franc Gontier> est considérée comme une des parties qui se sont formées avant la rédaction du Testament de François VILLON. On peut comparer cette ballade et les deux poèmes précédents; <le dit de Franc Gontier> de Philippe de VITRI et <combien est misérable (sic) la vie du Tyran> ( autrement dit, <les Contreditz de Franc Gontier>) de Pierre d'AILLI. La ballade de VILLON a des correspondances avec ces poèmes, et présente aussi plusieurs nouveautés. On les trouve dans le contenu du poème et dans le contenant.
En ce qui concerne les sujets décrits par les trois poètes, chacun d'eux propose un personnage typique d'une classe sociale. De VITRI crée le paysan idéal, Franc Gontier, d'AILLI invente le tyran qui s'oppose à Gontier, et VILLON met en scène le chanoine, c'est-à-dire l'ecclésiastique en pleine ascension sociale dans les milieux urbains à la fin du Moyen-Âge. Au XVème siècle, les deux poèmes de VITRI et d'AILLI étaient jumelés dans la tradition. Une des tentatives de VILLON consiste à ajouter un autre volet à ce diptyque. Gontier et le tyran sont des protagonistes symbolisés dans la pastorale traditionnelle. Au contraire, le chanoine est décrit d'une manière satirique. On peut remarquer dans la dernière pièce le problème moral ignoré par les autres.
D'autre part, à propos de la manière du style narratif du <contredit>, il y a des différences entre d'AILLI et VILLON. Le premier utilise le même narrateur que VITRI, qui apporte une perspective globale, et parfois, leurs vocabulaires s'y superposent. Mais le second introduit le point de vue limité de l' individu opposé au narrateur de VITRI. Si la narration adoptée par d'AILLI est celle de la perspective divine, on peut appeler la manière villonienne une narration redescendue sur terre. Dans cette ballade, l'auteur emploie plusieurs métonymies pour évoquer la vie de Gontier et permettre au lecteur de la comparer avec celle du chanoine.
Ainsi, on arrive à mieux comprendre certaines particuralités de VILLON. À travers <la ballade des Contreditz>, on peut constater que le milieu des écrivains avait bien changé au XVème siècle.
Adresse:
france@ipc.hiroshima-u.ac.jp