Roman de Renart

Unité 2 :
Si conme Renart manja le poisson aus charretiers


Seignors, ce fu en cel termine(5c)
Que li doz tens d'esté define 712
Et yver revient en saison,
Que Renart fu en sa maison.
Sa garison a despendue ;
Ce fu mortel descovenue. 716
N'ot que donner ne que despendre,
Ne ses detes ne pouet rendre,
N'a que vendre ne qu'acheter,
Ne s'a de coi reconforter. 720
Par besoing s'est mis a la voie,
Tot coiement que nus nel voie
S'en vet par mi une jonchiere.
Entre le bois et la riviere 724
A tant fet et tant a alé
Qu'il entre en .I. chemin ferré.
El chemin se croupi Renarz,
Si coloie de toutes parz. 728
Ne set sa garison ou querre,
Et la fain li fet sovent guerre ;
Ne set que fere, si s'esmaie.
Lors s'est couchiez lez .I. haie : 732
Ilec atendra aventure.
A tant es vos grant aleüre
Marcheanz qui poisson menoient
Et qui devers la mer venoient. 736
Harenz fres orent a plenté,
Que bise avoit auques venté
Trestoute la semainne entiere ;
Et bons poissons d'autre maniere 740
Orent assez, granz et petiz,
Dont lor paniers furent garniz,
Que de lanproies que d'anguilles
Qu'il orent acheté as villes. 744
Bien fu chargie la charrete,
Et Renart qui le monde abete
Fu bien loing d'eus pres d'une archie.
Quant vit la charrete chargie 748
Des anguilles et des lanproies,
Fichant muçant par mi ces haies
Cort au devant por els deçoivre.
Ainz ne s'en porent aparçoivre, 752
Lors s'est couchiez en mi la voie.
Or oez conment les desvoie :
En .I. gason s'est touoilliez
Et conme mort apareilliez. 756
Renart qui tot le mont engingne,
Les eulz clot et les denz rechingne,
Si tenoit s'alaine en prison.
Oïstes mes tel traïson ? 760
Illeques est remés gesanz.
A tant es vos les marcheanz,
De ce ne se prenoient garde.
Le premier le vit si l'esgarde, 764
Si apela son compaingnon :
" Vez la ou gorpil ou tesson. "
Li .I. le voit, si s'escria :
" C'est .I. gorpil, va ! sel pran, va !768
Filz a putain, gart ne t'eschat !
Or savra il trop de barat,
Renart, s'il ne lesse l'escorce. "
Li marcheant d'aler s'esforce 772
Et ses compains venoit aprés.
Quant il furent de Renart pres,
Le gorpil trovent enversé.
De toutes parz l'ont reversé, 776
Pincent le col et puis la coste :
Il n'ont pas peor de tel oste.
Li .I. a dit : " .IIII. sols vaut. "[6a]
Li autre a dit : " Assez plus vaut, 780
Ainz valt .v. sols a bon marchié.
Ne somes mie trop chargié,
Jetons le en nostre charete.
Vez con la gorge a blanche et nete. "784
A cest mot se sont avancié,
En la charete l'ont chargié,
Et puis se sont mis a la voie.
Li un a l'autre en font grant joie, 788
Et dient ja n'en feront el,
Mes enquenuit a lor ostel
Li reverseront la gonnele.
Or ont il auques la favele, 792
Mes Renart n'en fet que sourire,
Que mout a entre fere et dire.
Sor les paniers se gist adenz,
Si en a .I. overt as denz, 796
Et si en a, bien le sachiez,
Plus de .xxx. harenz sachiez.
Auques fu vuidiez li paniers,
Qu'il en menja mout volentiers : 800
Onques n'i quist ne sel ne sauge.
Encor ançois que il s'en auge,
Getera il son ameçon,
Il n'en ert mie en soupeçon. 804
L'autre panier a asailli,
Son groing i mist, n'a pas failli
Qu'il n'en traisist fors des anguilles.
Renart qui sot de tantes guiles, 808
.III. hardiaus mist entor son col.
De ce ne fist il pas que fol :
Son col et sa teste passe outre,
Les hardeillons mout bien acoutre 812
Desor son dos que bien s'en covre.
Des or puet il bien lessier ovre,
Or li estuet enging porquerre
Conment il vendra jus a terre. 816
N'i trove planche ne degré.
Agenoilliez s'est tot de gré
Por esgarder a son plaisir [6b]
Conment il puisse jus saillir. 820
Lors s'est .I. petit avanciez,
Des piez devant s'estoit lanciez
De la charete en mi la voie,
Entor son col porte sa proie. 824
Aprés, quant il ot fet son saut,
As marcheanz dist : " Diex vos saut !
Cil hardel d'anguilles sont nostre,
Et li remenant si est vostre. " 828
Et quant li marcheant l'oïrent,
A merveille s'en esbaïrent,
Si escrient : " Vez le gorpil ! "
Cil saillirent au charretil 832
Ou il cuiderent Renart prandre,
Mes il ne volt pas tant atendre.
Li premier dist quant se regarde :
" Si m'aït Diex, mauvese garde 836
En avonmes pris, ce me semble. "
Tuit fierent lor paumes ensemble.
" Las, dist li .I., con grant donmage
Avon eü par nostre outrage ! 840
Mout estion fol et musart
Trestuit qui creïon Renart.
Les paniers a bien soufaschiez,
Si les a auques alegiez, 844
Que .II. granz anguilles enporte.
La male passion le torde ! "
" La ! font li marcheant, Renart,
Mout par estes de male part. 848
Mau bien vos puissent eles fere ! "
Et Renart li prist a retrere :
" Vos direz ce qu'il vos plera,
Je sui Renart qui s'en taira. " 852
Li marcheant vont aprés lui,
Mes il nel bailleront mes hui,
Car il ot trop ignel cheval.
Ainz ne fina par mi .I. val 856
Tant que il vint a son plaisié.
Lors l'ont li marcheant lessié
Qui por mauvez musart se tiennent.
Recreant sont et si s'en viengnent, 860
Et cil s'en va plus que le pas
Qui passé ot maint mauvés pas,
Et vint a son ostel tout droit
Ou sa mesnie l'atendoit. 864
Encontre lui sailli sa fame
Hermeline, la preude dame,
Qui mout estoit cortoise et franche,
Et Percehaie et Malebranche 868
Qui estoient ambedui frere.
Cil se lievent contre lor pere
Qui s'en venoit les menuz sauz,
Gros et saous et liez et bauz, 872
Les anguilles entor son col.
Mes qui que le tiengne por fol,
Aprés lui a close la porte
Por les anguilles qu'il emporte. 876

© Naoyuki FUKUMOTO, Noboru HARANO et Satoru SUZUKI, 1983


Retour
E-mail :
france@ue.ipc.hiroshima-u.ac.jp