Roman du Renart

Unité 3 :
Si conme Renart fist Ysangrin moine


Or est Renart dedenz sa tor,(6c)
Si filz li font mout grant ator.
Bien li ont les jambes torchies
Et les anguilles escorchies, 880
Puis les couperent par tronçons.
.II. hastiers firent de plançons
De codre et enz les ont boutez,
Et li feus fu tost alumez 884
Qu'il orent buche a grant plenté,
Puis l'ont de totes parz venté.
Lors les ont mises sor la brese
Qui des tisons lor fu remese. 888
Endementiers que il cuisoient
Les anguilles et rostissoient,
Es vos mon seignor Ysengrin
Qui erré ot des le matin 892
Jusque a cele heure en mainte terre,[6d]
Et onques n'i pot riens conquerre.
Lors s'en torna en .I. essart
Droit devant le chastel Renart, 896
Et vit la cuisine fumer
Ou il ot fait feu alumer,
Ou les anguilles rostissoient
Que si fil es hastes tornoient.900
Ysengrin en sent la fumee
Qu'il n'avoit mie acostumee.
Adonc conmença a fronchier
Et les barbes a delechier.904
Volentiers les alast servir
S'i li vosissent l'uis ovrir.
Il se tret vers une fenestre
Por esgarder que ce puet estre. 908
Il se conmence a porpenser
Conment porra laiens entrer,
Car Renart est de tel maniere
Qu'il ne fera riens por proiere. 912
Acroupiz s'est sor une çouche,
De baaillier li delt la boche.
A la parfin se porpensa
Que son conpere proiera 916
Et por Dieu li dont, s'il conmande,
Ou poi ou grant de sa viande.
Lors apele par .I. pertuis :
" Compere, sire, ovrez me l'uis ! 920
Je vos aport de mes noveles,
Je quit que mout vos seront beles."
Renart l'oï, sel connut bien,
Mes de tot ce ne li fu rien, 924
Ançois li a fet sorde oreille.
Et Ysengrin mout s'en merveille
Qui defors fu mout angoisseus
Et des anguilles covoiteus, 928
Si li a dit : " Ovrez, biau sire. "
Et Renart conmença a rire,
Si demande : " Qui estes vos ? "
Et cil respont : " Ce somes nos. 932
- Qui vos ? - Ce est vostre compere.[7a]
- Nos cuidions ce fust .I. lerre.
- Non sui, dist Ysengrin, ovrez ! "
Renart respont : " Or vos soufrez 936
Tant que li moine aient mengié
Qui as tables sont arengié.
- Conment ? fet il, sont ce donc moine ? "
Renart respont : " Ainz sont chanoine,940
Et sont de l'ordre de Tiron.
Ja, se Dieu plet, n'en mentiron,
Et je me sui renduz o euls.
- Nomini dame, dist li leus, 944
Avez me vos dit verité ?
- Oïl, par sainte Charité.
- Donques me fetes herbergier.
- Ja n'arïez vos que mengier. 948
- Dites moi dont, n'avez vos qoi ? "
Renart respont : " Ouil, par foi.
- Or me lessiez donc demander.
- Venistes vos por truander ? 952
- Nenil, ainz ving voir vostre estre. "
Renart respont : " Ce ne puet estre.
- Et por qoi donc ? " ce dit li leus.
Et dist Renart : " N'est ore leus. 956
- Or me dites : mengiez vos char ? "
Ce dist Renart : " Ce est eschar.
- Que menjuent donc vostre moine ?
- Je vos diré sanz nule essoine. 960
Ne menjuent fromages mos,
Mes poisson qui est cras et gros.
Saint Benoioit le nos conmande
Que nos n'aion peor viande." 964
Dist Ysengrin : " Ne m'en gardoie,
Ne de tot ce mot n'en savoie.
Mes car me fetes osteler ;
Huimés ne saroie ou aler. " 968
Renart respont : " Mes ne le dites.
Nus, s'il n'est moines ou hermites,
Ne puet ceains avoir ostel.
Mes alez outre, il n'i a el." 972
Isengrin ot et entent bien [7b]
Qu'en la meson Renart por rien
Qu'il puisse dire n'enterra.
Et que volez ? si souferra, 976
Et neporquant il li demande
.I. seul morsel de sa viande :
" Car m'en donnez .I. sol tronçon !
Nel di se por essaier non. 980
- Mes bon fussent eles peschies
Les anguilles et escorchies,
Se vos en daingnïez mengier. "
Renart qui bien sot losengier 984
Prist des anguilles .II. tronçons
Qui rostissent sor les charbons.
Tant fu cuite que toute esmie,
Et desoivre toute la mie. 988
L'un en menja, l'autre en aporte
A celui qui est a la porte,
Lors dist : " Compere, ça venez
.I. poi avant et si tenez 992
Par charité de la pitance
A ceus qui bien sont a fiance
Que vos serez moines encore. "
Dist Ysengrin : " Je ne sai ore 996
Quel je seré, bien porra estre,
Mes la pitance, biau doz mestre,
Que me bailliez isnelement. "
Renart li baille et il la prent, 1000
Qui mout tost en fust delivrez,
Encor en menjast il assez.
Ce dist Renart : " Que vos en semble ? "
Li lechierres fremist et tranble, 1004
De lecherie esprent et art :
" Certes, fet il, sire Renart,
Cil vos ert bien guerredonnez.
Encore .I. seul car m'en donnez, 1008
Biau doz compere, por amordre
Tant que je fusse de vostre ordre.
- Par nos botes, ce dit Renart
Qui mout fu plains de males ars, 1012
Se vos volïez moines estre,
Je feroie de vos mon mestre,
Car je sai bien que li seignor
Vos esliroient a prior 1016
Ainz Pentecoste, ou a abé.
- Avez me vos dit verité ? "
Renart respont : " Ouil, biau sire,
Par mon chief je vos os bien dire, 1020
En vos aroit bele persone
Quant avrïez vestu la gonne
Par desus la pelice grise ;
N'aroit si biau moine en l'iglise. 1024
- Avroie je poisson assez
Tant que je fusse respassez
De cest mal qui m'a confondu ? "
Et Renart li a respondu : 1028
" Mes tant con vos poriez mengier.
- Donques me faites rooingnier. "
Et Renart dit : " Mes rere et tondre. "
Ysengrin conmença a grondre, 1032
Quant il oï parler de rere :
" Or n'i a plus, fet il, compere,
Mes reez moi isnelement. "
Renart respont hastivement : 1036
" Avroiz coronne grant et lee,
Ne mes que l'eve soit chaufee. "
Oïr pouez ici biau gieu :
Renart mist l'iave sor le feu 1040
Et la fist trestoute boillant.
Puis li est revenuz devant,
Et sa teste encoste de l'uis
Li fet bouter par .I. pertuis, 1044
Et Ysengrin estent le col.
Renart qui bien le tint por fol,
L'eve boillant li a jetee
Desus la teste et reversee. 1048
Mout par a fet que male beste.
Et Ysengrin escoust la teste
Et rechine et fet lede chierre.
A reculons se tret ariere, 1052
Si s'escria : " Renart, mort sui.[7d]
Male aventure aiez vos hui !
Trop grant coronne m'avez faite. "
Renart li a la langue traite 1056
Bien demi pié fors de la geule :
" Sire, ne l'avez mie seule,
Que autresi l'a li couvenz. "
Dist Ysengrin : " Je cuit que menz. 1060
- Non faz, sire, ne vos anuit,
Mes iceste premiere nuit
Vos covient il metre en esprove,
Que la sainte ordre le nos rove. " 1064
Dist Ysengrin : " Mout bonnement
Feré ce que a l'ordre apent.
Ja mar en serez en doutance. "
Renart en a pris la fiance 1068
Que par lui mal ne lor vendra,
Et a son los se maintendra.
Tant a fait et tant a ovré
Renart que bien l'a asoté, 1072
Et vint a Ysengrin tot droit
Qui durement se complaingnoit
De ce qu'il estoit si pres res,
Que cuir ne poil n'i est remés. 1076
N'i ot plus dit ne sejorné,
Andui se sont d'ilec torné,
Renart devant et cil aprés,
Tant qu'il vindrent d'un vivier pres.1080

© Naoyuki FUKUMOTO, Noboru HARANO et Satoru SUZUKI, 1983


Retour
E-mail :
france@ue.ipc.hiroshima-u.ac.jp